A+A- A



- Météo -
vigilances
& alertes
en cours

- Crues -
vigilances
& alertes
en cours
Voir si je suis en zone inondable
Suis-je concerné par un PPRI
Galerie Multimédia

- Enquête -
Pluies & Inondations

Indicateurs

Entreprises localisées en zone inondable et leurs perceptions et attentes face au risque inondation

 

La Chambre de Commerce et de l’Industrie de la région Occitanie a recensé 11 298 entreprises localisées en zone inondable en 2015.

Cette répartition varie fortement suivant le territoire : le bassin versant du Vistre-Rhony concentre 62% des entreprises localisées en zone inondable (soit 6975 entreprises). Il est suivi par le bassin Rhône-Camargue (2 888 entreprises) puis le Vidourle (1 995 entreprises) et les Gardons (1 714 entreprises).  

Si on observe la répartition des entreprises par type d’aléa, on note une forte proportion des établissements implantés en zone d’aléa très fort et fort (3 960 entreprises, soit 35% des entreprises localisées en zone inondable).

C’est la proportion la plus forte qui dépasse celle de l’aléa modéré (31%, 3 495 entreprises), la proportion des autres aléas étant beaucoup plus faible : aléa résiduel (18%, 1 985 entreprises), aléa indifférencié (9%, 1 038 entreprises) et zone tampon (7%, 816 entreprises).

Le bassin du Vistre-Rhony est le plus vulnérable : 2 948 établissements sont localisés en zone d’aléa très fort et fort soit 74% des entreprises de cette catégorie d’aléa et 42% des entreprises du bassin versant localisées en zone inondable.

La ville de Nîmes concentre 5 252 entreprises en zone inondable soit 46% du total des entreprises gardoises. De plus, 46% des entreprises (2418 entreprises) sont implantées en zone d’aléa très fort et fort.

Télécharger la carte des entreprises implantées en zone inondable

Sondage 2008 sur la perception et les attentes des entreprises face au risque inondation 

Un sondage a été effectué en 2008 par la Chambre de Commerce et de l’Industrie du Gard  avec le but   de recenser les entreprises en zone inondable et de réaliser une typologie mais également d’évaluer dans une deuxième phase la perception du risque "inondation" et les attentes des entreprises pour définir un ou des dispositifs d'accompagnement.

En voici les conclusions :

Il ne semble pas y avoir une réelle prise de conscience du risque d'inondation de la part des entreprises, notamment les plus petites.

En effet, la plupart des entreprises ne se déclarent pas en zone inondable (y compris dans les communes dont le territoire est entièrement inondable). Elles ne pensent pas être fortement exposées au risque et cela ne les préoccupe guère.   

Peu d'entreprises ont reçu des informations sur les inondations et une part relativement importante ne souhaite pas en recevoir et plus particulièrement celles de moins de 20 salariés.

Néanmoins, la plupart des entreprises souhaitent obtenir des renseignements et plus particulièrement sur les mesures de prévention.   

En terme de prévention, les entreprises préconisent d'aménager et d'entretenir les cours d'eau et de maîtriser l'urbanisation, actions qui ne relèvent pas de l'entreprise mais de l'action publique.   

Seulement un quart des entrepreneurs ont pris des mesures pour réduire les conséquences des inondations au sein de leur entreprise. 40% des entreprises déclarent avoir des besoins pour réduire leur vulnérabilité, proportion identique pour la réalisation de travaux subventionnés.   

Les entreprises pensent que les pouvoirs publics (commune et Etat) doivent prendre en charge la réduction du risque. De plus, les mesures qui doivent être mises en œuvre prioritairement pour la prévention des entreprises face au risque d'inondation sont des aménagements collectifs, des aménagements individuels et de l'information.   

En conclusion, les entreprises ne semblent pas être concernées par le risque d'inondation. Celles qui le sont, considèrent qu'elles ont déjà fait leur part et que les pouvoirs publics doivent prendre le relais, notamment en termes d'aménagements collectifs et de diffusion d'information.

Schématiquement, les entreprises peuvent se diviser en deux groupes : celles qui ont déjà vécu une inondation et qui se sentent concernées (prise en compte du risque, aménagement de l'entreprise,…) et celles qui n'ont pas été inondées (pas de conscience du risque donc qui ne se sentent pas concernées).  

Télécharger les résultats du sondage

Infos : préfécture Espace : documentation Liens : utiles